Archives des débuts de Découvertes et Délires et du Grand Rassemblement
 
PortailAccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cedurok et l'histoire de son parcours initiatique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cedutok

avatar

Coq
Messages : 75

MessageSujet: Cedurok et l'histoire de son parcours initiatique   Mer 2 Juin - 9:12

J'ai été chercher l'histoire de mon personnage que j'avais écrite alors qu'il appartenait à la guilde RP des Gardiens du Serment. Je vais essayer de la faire évoluer en corrélation des personnages de la guilde.


Une main tâtonna dans l'obscurité, à la recherche d'un obstacle invisible, tandis qu'une autre effleurait la surface d'un meuble à la
recherche d'un bougeoir. Subitement, un fatras se fit entendre. Peu de temps après, une faible lueur apparut, suivie d'un visage rubicond mangé par une barbe blanchâtre. La bougie que tenait le vieux nain éclaira la pièce. Un autre nain plus jeune se tenait en son centre, assis par terre, tenant un de ses pieds entre ses mains.

- Mais, mais... que fait-tu donc ?

Le jeune nain leva sa tête et cligna des yeux. Du moins d'un seul œil, car le second restait obstinément fermé, bouffi et noirâtre.

- Maudit tapis, je me suis encore pris les pieds dedans !

Le vieux nain dodelina de la tête, se retourna, s'apprêtant à repartir mais il s'arrêta :

- Mon fils, j'apprécie que tu te lève tôt pour me donner un coup de main à la forge. Tu va pouvoir aller chercher le combustible et allumer le four, le temps que ton cousin arrive.

Le froissement des chaussons du vénérable nain s'effacèrent, laissant l'unique bruissement des flammes du candélabre éclairant la chambre. Le jeune nain se releva et maugréa :

- Et moi, qui comptai aller me coucher !


---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une lueur rougeoyante éclairait le visage constellé de perles de sueur de Tarèin. Son bras se levait et s'abaissait au fur et à mesure qu'il martelait la pièce de métal sur son enclume. Il s'essuya le visage d'une main gantée, et jeta un regard à son cousin debout devant le bac de refroidissement. Il plongeait dans un jet de vapeur, les pièces de métal que le vieux nain lui tendait.

Voici plusieurs heures que le bruit assourdissant du marteau et de l'enclume se faisaient entendre. Tarèin avait la gorge sèche. C'est alors que son vieux père posa une main sur l'épaule de son cousin, et s'exclama :

- Bon, il est temps d'aller manger !


Tarèin mastiqua et avala une bouchée qu'il fit descendre d'une longue rasade de bière. Il observa tour à tour son cousin, son père et l'apprenti. Voilà plusieurs mois, qu'il tentait de leur annoncer sa décision, mais le courage lui manquait. Hier encore, assis à la taverne, perdu dans ses pensées, il avait pris la ferme résolution qu'avant le coucher de soleil du lendemain, il leur annoncerai. D'un coup de poing sur la table, il s'était écrié :

- C'est décidé !

Mais oubliant qu'il tenait alors une chope dans sa main, son contenu aspergeât ses voisins. Celui d'en face, surpris, lui expédia aussitôt une claque. Tarèin, leste, l'esquiva sans peine, mais elle atterrit sur la joue de son voisin de droite. Ce dernier, furieux, répliqua par une châtaigne. Tarèin ricana en assistant à ce spectacle. C'est alors que son voisin d'en face interrompit son geste et décida de changer de cible.

Tarèin tâtonna son œil au beurre noir à ce douloureux souvenir. Il regarda ses pieds, son cousin puis son père et se racla la gorge.

- Hum, hum... voilà, il faut que je vous annonce... quelque chose.

Face au silence de sa famille, il ajouta :

- Voilà, j'ai décidé d'arrêter le métier de forgeron. Depuis que j'ai gouté aux délicieuses galettes de Balgrim... voilà, je veux devenir boulanger.

Le silence se fit pesant. Son père le rompit enfin en annonçant :

- Bien mon fils, je suis heureux que tu ai enfin choisi ta voie. Quand pars-tu et ou compte-tu t'installer ?

Rassuré, Tarèin lui avoua s'être préparé depuis plusieurs mois. Il avait réclamé la recette des fameuses galettes à Balgrim. Lequel avait eu bien du mal à lui transmettre. Mais devant son insistance et l'assurance qu'il ne s'installerait pas dans la même Cité que lui, le boulanger avait enfin cédé.

- Je vais m'installer à Hobbitbourg. Les hobbits sont friands de ces gourmandises. Je suis sûr d'y faire fortune.


--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Après un long voyage, Tarèin arriva enfin dans la fameuse ville des hobbits. Il déchargeât les fardeaux de ses épaules sur la place centrale. Les regards des habitants étaient suspicieux. Rares étaient les nains qui quittaient leur contrée pour voyager. Les hobbits étaient d'un tempérament jovial mais restaient en ces périodes troublées, très farouches vis à vis des étrangers.

Cependant, lorsque le maire apprit, qu'un nouveau boulanger s'installait en ville, la barrière des races s'évanouit miraculeusement. Tarèin eu toute l'aide nécessaire pourinstaller son petit commerce. Le lendemain, assis sur une malle, Tarèin essayait de décrypter l'écriture en pattes de mouche de la fameuse recette. Le nain interpella un hobbit du nom de..., du nom de..., puis zut !

- Hep, toi là. Oui toi. Tu saurais m'indiquer où je pourrai acheter de la farine de sésarre, de serasse, de sésa...me.

Le hobbit s'approcha du nain et jeta un œil sur le manuscrit. Lequel, fut aussitôt plié et rangé dans une poche.

- Du sésame ? Oh, mais il n'y a point de sésame dans nos contrées. Nous produisons du blé, de l'orge et du maïs, mais point de sésame.

Le nain resta interloqué.

- Pas de sésame ? Mais..., mais comment vais-je faire pour fabriquer mes galettes ? Oh misère !

Face au désespoir du nain, le hobbit tritura son bonnet entre ses mains.

- Quand je pense au long voyage que j'ai entrepris pour m'installer ici... Oh misère !

Le hobbit rétorqua :

- Vous pourriez remplacer le sésame par du blé ?

Excellente idée mon bon ami, s'exclama Tarèin. Mais réfléchissant à haute voix, Tarèin ajouta :

- Du blé, est-ce que ça fera l'affaire ?


Le hobbit rétorqua :

-Oh oui, mon bon monsieur : une graine est une graine !


Un brouhaha s'élevait de la place de la mairie. Les hobbits du village étaient tous rassemblés, commentant l'ouverture prochaine de la
boulangerie. Une boulangerie tenue par un nain de surcroit ! De mémoire de hobbit, aucune boulangerie naine n'avait jamais existé au village ! Le lendemain, les hobbits étaient fébriles, l'ouverture de la boulangerie était imminente. Nombreux étaient les hobbits se pressant devant la porte. Juste au dessus de celle-ci était inscrit sur un large panneau de bois : «Lai fameuses galett de Tarèin, Cé du délisse !» Les hobbits n'étaient pas très regardant sur l'orthographe, du moment que ça emplissait l'estomac et que ça avait un goût de reviens-y.

Le premier client à franchir le pas-de-porte de la boulangerie était le vénérable ancien du village. Il s'avança doucement avec sa canne et examina les galettes proposées par le nain. Dehors, des dizaines et des dizaines de paires d'yeux observaient le spectacle en silence.

- Je veux... celle-ci, indiqua le vieil hobbit en pointant de son index rachitique une galette, (bien identique aux autres soi-dît en passant).

Le nain mordilla la pièce de monnaie tandis que l'honorable hobbit cédant à son irrésistible envie, portait immédiatement la galette à sa bouche.

- Humpf, humpf !

Le hobbit retira la galette de sa bouche, agrémentée d'un dentier et d'un fil de bave. Un hobbit plus jeune, jeta un œil par dessus l'épaule de son ancien, s'écria :

- Mais ma foi, ces galettes : ce n'est pas "Cé du délisse", mais plutôt "C'est du roc" !


----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

La brume recouvrait le sol, masquant les fougères et les buissons. Les arbres fantomatiques semblaient pointer le ciel à la manière de
gigantesques doigts squelettiques. Le nain resserra sa cape autour de son cou et refréna un frisson. Voilà, plusieurs semaines qu'il avait
quitté le village des hobbits. Son échec était trop cuisant. L'alternative de retourner travailler à la forge de son père lui était
insupportable. Il irait donc à Queynos mendier du travail.

Subitement, un hurlement d'ours se fit entendre. Instinctivement, Tarèin raffermit sa prise sur son bâton. Les grognements se firent plus forts, accompagnés d'un bruit de tumulte. Dans la brume, il distingua un ours cerné par des trolls. Indifférents au corps de leur camarades, ils pointaient leur lances sur la bête cherchant à transpercer sa fourrure. Les quelques entailles sur le poitrail de l'ours semblaient décupler sa rage, mais les trolls étaient bien trop nombreux.

Soudain, un nain bondit dans la mêlée. Assenant un formidable coup sur le crane d'un troll. Le bâton se rompit de même que le crane de son adversaire. Il cria, ramassa une lance et transperça aussitôt l'abdomen d'un autre troll. GROOGRIM, RODRIIK, par ici ! s'écria t-il de nouveau. La brume ainsi que l'effet de surprise eurent raison du courage des trolls, ils s'enfuirent en abandonnant les corps de leur camarades.

Le nain, s'appuya sur sa lance, essoufflé. Réalisant tout a coup qu'il ne se trouvait qu'à quelques mètres seulement de l'ours, il recula pour garder une distance respectable. Il se demanda brusquement pour quelle raison il était intervenu. Venir au secours d'un ours alors qu'il aurait pu finir en plat de résistance à sa place, voilà qui était un peu trop téméraire, même pour un nain. Tarèin ramassa ses affaires s'apprêtant à repartir, mais un phénomène magique interrompit son geste. L'ours disparut et à sa place se tenait à présent un vieil homme.

Le vieil homme fit signe à Tarèin : approche, approche. Tarèin s'exécuta, encore fasciné par le spectacle de la métamorphose qui venait de se produire. Le vieillard posa une main sur l'épaule du jeune nain et murmura d'une voix fatiguée :

Comment t'appelles-tu ?

Tarèin ouvrit la bouche mais aucun son ne sortit. Il déglutit et annonça :

- Cedurok.

...
Revenir en haut Aller en bas
 
Cedurok et l'histoire de son parcours initiatique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Biblio] Histoire de l'entre deux guerres
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» L'histoire de Dietrich de la famille Hohenloe
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archives des débuts de Découvertes et Délires et du Grand Rassemblement :: Archives des delires et decouvertes (avril 2010 à novembre 2010) :: Souvenirs, paysages, virées donjons, évents, etc-
Sauter vers: